Accueil | Contact
   

Adresse postale:

 

Résidence Taj Bouhaira - Immeuble Aményste - Appt N° 3 - 2046 Tunis

Messagerie électronique:

 

stvd@dermato-tunisie.com

   
Webmaster:
  Pr. Mohamed Denguezli
  www.atlas-dermato.org
   
 
 
 
 
   
 
    L'ACNE EN QUESTIONS : Pr Ag M. KOURDA

1.Quelle est l'indication du traitement local ou général ?

2.Peux-t-on associer deux traitements locaux ?

3.Quelles sont les complications des traitements locaux ?

4.Qu'en est-t-il de l'effet tératogéne des rétinoïdes locaux ?

5.Quel est l'antibiotique à prescrire par voie générale ? à quelle dose et quelle est la durée du traitement ?

6.Quels sont les effets indésirables des cyclines ?

7.Dans quels cas, l'isotrétinoïne orale est indiquée ?

8.Quelles sont les modalités de prescription de l'isotrétinoïne orale ?

9.Comment se fait la surveillance biologique lors du traitement par isotrétinoïne orale ?

10.Quels sont les complications de l'isotrétinoïde orale?

11.Quelle est la conduite à tenir devant une aggravation de l'acné sous isotrétinoïne orale ?

12.Quelles sont les fréquences des échecs et rechutes sous isotrétinoïne orale ?

13.Comment traiter les rechutes après traitement par isotrétinoïne orale ?

14.Quelle est la place de l'hormonothérapie ?

15.Quels conseils donnez vous à l'acnéique ?

16.Faut-t-il traiter l'acné en été ?

17.Comment traiter les cicatrices d'acné ?

 

1. Quelle est l'indication du traitement local ou général ?

Le traitement local est préconisé dans l'acné rétentionnelle (comédons et micro-kystes) et le traitement général associé au traitement local dans l'acné inflammatoire (papules, pustules, nodules et kystes).

2. Peux-t-on associer deux traitements locaux ?

Dans l'acné modérément inflammatoire, on conseille généralement d'associer un rétinoïde au peroxyde de benzoyle ou à l'antibiothérapie locale. Le rétinoïde est appliqué le soir, l'autre topique une ou deux fois au cours de la journée.

3. Quelles sont les complications des traitements locaux ?

Les rétinoïdes sont asséchants : on prescrit des concentrations faibles associées à une crème hydratante non comédogène.

Le péroxyde de benzoyle peut provoquer bien que rarement des eczémas allergiques de contact interdisant définitivement leur utilisation. Il entraîne une décoloration des vêtements.

Les antibiotiques locaux surtout s'ils sont associés à une antisepsie (cette dernière est à proscrire ) ou à une antibiothérapie générale de la même classe favorisent la résistance microbienne et l'apparition de folliculite à germes G-.

4. Qu'en est-t-il de l'effet tératogéne des rétinoïdes locaux ?

Ils sont à prescrire en cas de grossesse. S'ils ont été prescrits, on ne préconise pas l'interruption de grossesse. On ne conseille pas la contraception en cas de prescription chez une femme jeune en âge de procréer.

5. Quel est l'antibiotique à prescrire par voie générale ? à quelle dose et quelle est la durée du traitement ?

Ce sont les cyclines qui sont préconisées :

tétracycline (0,5 à 1 g/jour)

doxycycline (50 à 100 mg/jour)

minocycline (100 mg/jour)

lymécycline (300 mg/jour)

En cas de contre indication, les macrolides sont prescrits :

érythromycine (0,5 à 1 g/jour)

Ces doses d'attaque sont prescrites pendant en moyenne 15 jours puis réduction des doses pour une durée totale de traitement de 3 mois.

6. Quels sont les effets indésirables des cyclines ?

photosensibilité

contre indication en cas de grossesse

accidents graves mais rares à type d'hépatite, de syndrome d'hypersensibilité du surtout à la minocycline.

pas d'association avec les rétinoïdes per os (hypertension intracrânienne).

7. Dans quels cas, l'isotrétinoïne orale est indiquée ?

Acné nodulo-kystique

Acné conglobata (forme grave avec des kystes, des abcès évoluant vers des cicatrices).

Acné résistante à des thérapeutiques antérieures systémiques prescrites pendant au moins trois mois.

Acné papulo-pustuleuse à évolution cicatricielle

Acné avec dépression sévère et dysmorphophobie.

8. Quelles sont les modalités de prescription de l'isotrétinoïne orale ?

La dose varie de 0,5 à 1 mg/kg/jour.

La dose cumulative par cure est de 120 à 150 mg/kg.

Ainsi la durée du traitement est de 4 mois quand la dose est de 1 mg/kg/jour et plus pour les doses plus faibles.

9. Comment se fait la surveillance biologique lors du traitement par isotrétinoïne orale ?

Par un bilan biologique avant le traitement puis un mois après et ultérieurement tous les deux mois. Ce bilan comporte un dosage des transaminases, du cholestérol, et des triglycérides

10. Quels sont les complications de l'isotrétinoïde orale?

Les effets cutanéo-muqueux nécessitant l'utilisation de crèmes hydratantes et/ou la diminution des doses.

L'effet tératogène impose la pratique d'un test de grossesse avant le début de traitement et au cours du traitement. Une contraception orale efficace doit être débutée un mois avant le traitement, poursuivie pendant toute la durée du traitement et un mois après son arrêt.

11. Quelle est la conduite à tenir devant une aggravation de l'acné sous isotrétinoïne orale ?

Dans de rares cas et de façon paradoxale, au cours du traitement, on peut observer des aggravations importantes de l'acné voire l'apparition d'une acné fulminante. Ces aggravations sont plus fréquentes chez le sujet de sexe masculin de moins de 20 ans et en cas d'acné à forte composante retentionnelle. Dans ces cas, il faut réduire voire arrêter l'isotrétinoïne et associer une corticothérapie générale : prednisone à la dose de 0,5 mg/kg/jour pendant plusieurs mois selon la gravité du tableau clinique.

12. Quelles sont les fréquences des échecs et rechutes sous isotrétinoïne orale ?

La fréquence d'échecs : absence de rémission complète après une cure est de 15 %.

La fréquence de rechutes est de 20 à 40 %. Les facteurs d'échec ou de rechute sont la présence de comédons multiples et l'existence d'un dysfonctionnement hormonal.

13. Comment traiter les rechutes après traitement par isotrétinoïne orale ?

Les 2/3 des rechutes sont traitées par d'autres traitements que l'isotrétinoïne : traitement local et/ou antibiothérapie générale. Ailleurs, une deuxième cure d'isotrétinoïne est préconisée voire exceptionnellement plus de deux cures.

14. Quelle est la place de l'hormonothérapie ?

L'indication de l'association ústrogène et acétate de cyprotérone à forte dose est indiquée dans l'acné associée à des signes d'hyperandrogénie (hirsutisme, trouble des règles) avec perturbation du bilan hormonal en faveur d'une hyperandrogénie d'origine ovarienne. L'association ústrogène et acétate de cyprotérone à faible dose est indiqué dans l'acné peu sévère et souhait de contraception. Il est à souligner que l'acétate de cyprotérone est un progestatif à activité antiandrogénique.

15. Quels conseils donnez vous à l'acnéique ?

Il ne faut pas presser les comédons, la désinfection des lésions est inutile voire néfaste. Les cosmétiques pérennisent l'affection ( il n'y a pas de régime alimentaire à suivre). Il faut une bonne hygiène cutanée grâce à un syndet à appliquer une à deux fois par jour.

16. Faut-t-il traiter l'acné en été ?

Le soleil réduit transitoirement l'inflammation des lésions mais facilite la comédogénèse. L'amélioration estivale est généralement suivie d'une poussée d'acné en automne.

Ainsi, nous pensons qu'en cas d'acné sévère ou moyenne, le traitement s'impose avec le maximum de précautions à prendre telle la photoprotection avec les cyclines. Ailleurs, il faut traiter après le retour des vacances pour prévenir les poussées.

17. Comment traiter les cicatrices d'acné ?

Le traitement varie de l'énucléation à l'excision chirurgicale selon le type de lésion .Les injections de corticoïdes retards sont à proscrire.

Références:

1 )Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé

Traitement de l'acné par voie générale:argumentaire.

Ann.Dermatol.Vénéréol.

1999;26:224-31.

2)Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé

Traitement de l'acné par voie générale::recommandations.

Ann.Dermatol.Vénéréol.

1999;126;333-4

3)M.Chivot

Poussés inflammatoires et aggravations d'acné sous isotrétinoine orale.

Ann.Dermatol.Vénéréol.

2001;128:224-8

4)F.Daniel,M.Chivot,B.Dreno

Quoi de neuf dans le traitement de l'acné?

Réalités thérapeutiques en Dermato-Vénéréologie

1995;N°4 ,722-34

Si vous avez d'autres questions ou des commentaires à faire ou d'autres thèmes à proposer

Veuillez me contacter à l'adresse suivante:

mouna.kourda@rns.tn