Cours : La Syphilis

chancre du sillon balano-prépucial en feuillet de livre

chancres croûteux atypiques

chancre du gland : érosion indurée

chancre de la verge ulcéreux

Syphilis secondaire : syphilides palmo-plantaire

Syphilis secondaire furonculoïde

syphilides papuleuses

papule palmaire : collerette squameuse de Biett

Syphilides papuleuses

Plaques fauchées de la langues

papules squameuses plantaires

Gomme syphilitique : Syphilis tertiaire

effondrement du nez : destruction de la cloison nasale

nez en lorgnette

perforation palatine : gomme syphilitique du palais

Cour sur la Syphilis
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

La Syphilis

La syphilis est une MST répandue dans le monde entier, due à un spirochète "Treponema pallidum". Elle évolue en trois phase : primaire, secondaire, tertiaire

LA SYPHILIS PRIMAIRE

Contamination presque toujours vénérienne (IST). Incubation : environ trois semaines. Ce délai peut rarement être plus court, en particulier s'il y a une porte d'entrée préalable (herpès). Le chancre et l'adénopathie constituent le complexe primaire.

Le chancre

Siège généralement aux organes génitaux externes (sillon balano-prépucial). C'est une érosion superficielle rarement profonde à bords nets,  arrondie ou ovalaire de O,5 à 1 cm de diamètre. Deux caractères sont importants :

- "L'indolence" : le chancre est indolore aussi bien spontanément qu'à la pression, ce qui explique l'insouciance de certains patients et le retard de consultation.

- "L'infiltration" : le chancre est infiltré à sa base donnant une consistance "cartonnée" lors de la palpation protégée entre pouce et index. On dit qu'il a "une consistance cartilagineuse".

Cette induration épouse les limites visibles de l'érosion ne dépassant pas les bords de la lésion, pas d'inflammation ou d'infiltration périlésionnelle.

La couleur du chancre est rouge comparée à la "chaire musculaire". Il n'y a pas en général de surinfection, pas de pus, parfois une petite transsudation, pas de croûte.

L'adénopathie

Quatre à huit jours après le chancre. Le chancre s'accompagne d'une façon constante d'une adénopathie homo-contro ou bilatérale. L'adénopathie est obligatoire.

"L'adénopathie suit le chancre comme l'ombre suit le corps" disait Ricord

"L'adénopathie vaut mieux que le chancre lui-même"  disait Fournier.

Elle est faite de plusieurs ganglions dont un est souvent plus gros que les autres. On l'appelle le ganglion directeur ou "le préfet de l'aine". Elle est d'une dureté ligneuse sans périadénite.

Evolution du complexe primaire

Bien traitée : guérison du chancre, l'adénopathie disparaît un peu plus tard.

Non traitée : guérison au bout de 3 à 5 semaines et à partir de la guérison du chancre, on a 1 laps de temps de 1 à 2 semaines jusqu'au 2ème mois où commence la syphilis secondaire.

Diagnostic biologique :

Recherche de tréponème sur la lésion : on racle par un vaccinostyle le fond du chancre examen au microscope à fond noir. On peut également examiner le liquide de ponction ganglionnaire : faux (+) cavités buccales (tréponèmes saprophytes).

Sérologie :

TPHA se positive autour du 8è-10ème jour du chancre.

VDRL : 10ème jour du chancre.

FTA : vers le 5ème jour du chancre.

LA SYPHILIS SECONDAIRE

Les lésions de la syphilis secondaire sont polymorphes, disséminées et très contagieuses. Ce polymorphisme et la diffusion des lésions font de la syphilis secondaire la "grande simulatrice ", les manifestations secondaires de la syphilis sont plus vexatoires que grave"  Fournier.

A/ La première floraison : 9è semaine - 4è mois :

1. La Roséole:

Petites taches rosées à peine visibles qui se disposent en stries, couleur rose "fleurs du pêcher". Sans prurit ni desquamation.

Siège préférentiel le tronc : poitrine, dos, flancs et cou, respectant classiquement la face et les extrémités.

Ces taches ne présentent aucune infiltration et s'effacent à la vitropression. Quand elles guérissent, elles laissent parfois des séquelles leuco-mélanodermiques (en particulier au niveau de la partie haute du thorax chez la femme dessinant le "collier de venus".

La roséole disparaît au bout de 4 à 5 semaines, juste après survient une alopécie intéressant particulièrement les régions temporo-occipitales dites en "clairière", elle serait la conséquence d'une roséole du cuir chevelu.

Diagnostic différentiel : Pityriasis rosé de Gibert, toxidermie, roséole viral, roséole infectieuse (typhoïde)...

2. Les plaques muqueuses :

Ce sont des érosions superficielles intéressant les muqueuses, arrondies ou ovalaires, à limite nette, souples, non indurées et indolentes. Ces lésions fourmillent de tréponèmes et sont donc hautement contagieuse. Selon leur siège, elles prennent un aspect plus particulier :

-    au niveau des commissures labiales simulant une perlèche,

-    au niveau de la langue : ce sont "les plaques fauchées" arrondies et dépapillées,

-     sur la gorge : ces plaques s'éparpillent sur les piliers, la luette et les amygdales,

-      larynx : elles déterminent une laryngite syphilitique : voix rauque, enrouée.

Ces plaques atteignent aussi les muqueuses génitales, anales, conjonctivales, nasales.

A mesure que les plaques muqueuses vieillissent, elles deviennent végétantes se couvrent d'un enduit opalin grisâtre.

Diagnostic différentiel: herpès, aphtes, érosions post bulleuses.....

B/ La 2ème floraison 4è mois - 12 mois  :

Les syphilides papuleuses:

l'aspect le plus typique est celui des syphilides papulo-squameuses: papules lenticulaires (3 à 10 mm de diamètre infiltrées, de couleur rouge cuivré, recouvertes de fines squames sèches et entourées d'un liséré squameux : la "collerette de Biett".

Siège de prédilection : les régions palmoplantaires et périorificielles (périnée, sillon naso-génien).

Deux caractères sont importants :

- l'induration à la palpation : les lésions "ont du corps",

- l'absence de prurit

Cette éruption évolue par poussées successives (d'où la coexistence d'éléments d'âge différent) et disparaît spontanément en plusieurs mois en laissant des macules pigmentées.

Toutes les réactions sérologiques sont positives à des taux élevés. Mise en évidence du tréponème sur les lésions au microscope à fond noir.

SYPHILIS TERTIAIRE

Survient vers la 3ème année. Elle est devenue exceptionnelle. Elle se manifeste par des lésions localisées mais profondes et destructrices.

Les gommes : représentent les manifestations cutanéo-muqueuses, ce sont des formations infiltrées évoluant en plusieurs stades :

- stade de crudité

- stade de ramollissement

- stade d'ulcération et de fistulisation

- stade de cicatrisation.

Les gommes peuvent donner des hémorragies quand elles érodent un vaisseaux ou des névralgies ou des paralysies quand elles compriment un nerf.

Perforation du voile du palais : voix nasonnée, reflux des aliments par le nez.

Destruction des os propres du nez : effondrement du nez...

Leucoplasie : plaque blanchâtre infiltrée, infiltration de la muqueuse buccale surtout dans les régions juxtacommissurales : précancéreux carcinome spino-cellulaires.

Langue : langue scléro-gommeuse: langue infiltrée, capitonnée qui perd sa souplesse.

Manifestations viscérales : de nos jours, exceptionnelles :

Système nerveux : tabès - paralysies générale (P.G)

Cardio-vasculaire : aortite syphilitique - anévrisme aortique.

Diagnostic :

Le VDRL peut se négativer, TPHA, test de Nelson (+)

TRAITEMENT

La Pénicilline parentérale représente le traitement de choix de la Syphilis,

Les cyclines ne sont justifiées qu'en cas d'allergie bien documentée à la pénicilline, 2 g par jour x 15j,

L'Erythromycine qu'en cas d'allergie à la Pénicilline et d'intolérance ou de contre indication aux Cyclines (femme enceinte, enfants) 2g /j x 15 j.

Syphilis précoce (primo-secondaire) :

Injection IM unique d'extencilline  (benzathine pénicilline) 2,4 M ou 2 injections à 1 semaine d'intervalle (protocole O.M.S.).

Syphilis tardive :

2,4 M d'extencilline x 3 à 1 semaine d'intervalle.

Réaction de Jarish - Herxheimer (Syphilis active) : Prévention par une courte corticothérapie générale mais discutée

Neuro syphilis, syphilis chez un immunodéprimé (SIDA)

16 à 20 M IV Pénicilline G     10 - 15 jours

Professeur Mohamed Denguezli

Faculté de médecine Ibn El Jazzar

Sousse - Tunisia


A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z

last update /mise à jour : 01/10/2006

L'utilisation de ces images dermatologiques nécessite l'autorisation préalable de l'auteur

The use of these dermatologic images requires the preliminary authorization of the author

 
   
     

 
Lettre S
 

Sclérodermie

SIDA (manifestations cutanées)

Sclérose tubéreuse de Bourneville

 

Sweet (syndrome de )

 

Sein (cancer de sein homme)

 

Sarcoïdose

  Sycosis
 

Sarcomes cutanés

 

SSSS

 

Syphilis

  Syringome chondroïde
 

Remarques et commentaires  Remarks and comments :
Dr MOHAMED DENGUEZLI 

Service de dermatologie CHU FARHAT HACHED SOUSSE TUNISIE