La Rosacé

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

La Rosacé

La rosacée est une affection chronique acnéiforme des follicules pilo-sébacés faciaux associée à une augmentation de la réactivité capillaire à la chaleur, entraînant des bouffées vasomotrices paroxystiques (flush) et conduisant à terme à des télangiectasies. Cette affection, antérieurement dénommée acné rosacée, est considérée actuellement comme indépendante de l'acné, mais elle est souvent associée à une acné volontiers préexistante. C'est une cause de préjudice esthétique notable.

Age : Pic de fréquence entre 40 et 50 ans.  Sexe : Prédominance féminine ; rhinophyma plus fréquent chez l'homme. Race : Peuples celtiques, phototypes I et II ; moins fréquente chez les sujets pigmentés (bruns ou noirs).

On distingue :

Rosacée vasculaire :télangiectasique : érythème permanent et télangiectasies ou couperose.

Rosacée papulo-pustuleuse : Stade papulo-pustuleux : érythème permanent, télangiectasies et papules et pustules discrètes puis Stade «nodulaire» : érythème permanent intense, télangiectasies denses, papules, pustules, nodules, parfois œdème centro-facial ferme.

Rosacée hypertrophique : Rhinophyma (hypertrophie tissulaire nasale).

Atteintes oculaires : Yeux rouges secondaires à une atteinte palpébrale chronique, une conjonctivite et une épisclérite. La kératite de la rosacée peut constituer un problème grave avec risque d'ulcérations cornéennes.

PRISE EN CHARGE

Prévention : Une diminution voire l'arrêt de la prise d'alcool et de boissons chaudes peut s'avérer utiles chez certains patients. Ce n'est pas la caféine mais plutôt la température du thé ou du café qui influe sur la rosacée. Le stress est un facteur favorisant retrouvé chez certains sujets atteints.

Traitement local

Le métronidazole en gel ou en crème, à 0,75 %, en application biquotidienne est très efficace.

Les antibiotiques locaux (ex. : érythromycine) peuvent être efficaces.

TRAITEMENT SYSTÉMIQUE En cas d'échec du métronidazole, ou dans les formes sévères, adjonction d'une antibiothérapie orale.

Tétracycline, 1 à 1,5 g/jour en 2 prises jusqu'à disparition des lésions, puis traitement d'entretien à doses plus faibles (250 à 500 mg/jour) en une prise quotidienne.

Minocycline et doxycycline, 50 à 100 mg deux fois par jour : constituent des alternatives thérapeutiques.

Isotrétinoïne orale : L'isotrétinoïne peut constituer une alternative thérapeutique chez les sujets ayant une forme sévère de rosacée ne répondant pas au traitement antibiotique oral et aux traitements locaux. De faibles doses, de l'ordre de 0,1 à 0,2 mg/kg/jour, sont efficaces chez la plupart des patients, mais des doses plus élevées (1 mg/kg/jour) peuvent s'avérer nécessaires.

 

Professeur Mohamed Denguezli

Faculté de médecine Ibn El Jazzar

Sousse - Tunisia


A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z

last update /mise à jour : 01/10/2006

L'utilisation de ces images dermatologiques nécessite l'autorisation préalable de l'auteur

The use of these dermatologic images requires the preliminary authorization of the author

 
   
     

 
Lettre R
 

Rosacée

Rickettsiose

Recklinghausen
(maladie de )
 
 

Remarques et commentaires  Remarks and comments :
Dr MOHAMED DENGUEZLI 

Service de dermatologie CHU FARHAT HACHED SOUSSE TUNISIE