Érysipèle

placard érythémateux douloureux, infiltré, chaud avec bordure périphérique saillante à extension centrifuge

Érysipèle phlyctènulaire

Érysipèle de jambe

Fasciite nécrosante

cellulite aiguë fébrile avec profonde altération de l'état général suivie 3 à 4 jours plus tard de l'apparition d'une zone violacée et purpurique, recouverte de bulles à évolution escarrotique

Lien vers le cours Érysipèle
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Érysipèle

L'érysipèle est défini comme une dermoépidermite aiguë ou subaiguë. Il s'agit d'une dermite œdémateuse avec participation lymphatique due au streptocoque beta hémolytique du groupe A. Il est caractérisé par un placard érythémateux douloureux, infiltré, chaud avec bordure périphérique saillante à extension centrifuge, accompagné d'une adénopathie régionale sensible. La douleur et la fièvre avec frisson peuvent précéder les lésions cutanées. 

Le début est brutal, des signes généraux bruyants précèdent les signes cutanés : fièvre à 40°C, frissons, céphalées et atteinte de  l'état général.

On distingue deux formes topographiques.

 1.      Erysipèle du visage :

 Localement, on remarque un placard érythémateux, douloureux, chaud d'extension centrifuge cerné par un bourrelet palpable. Ce placard se  couvre de vésicules pouvant confluer en phlyctène. L'œdème est important. Il s'agit en règle d'un placard unilatéral, il respecte en général le menton et le pourtour buccal, mais il peut se bilatéraliser.

2.      Erysipèle des membres inférieurs : 

Il apparaît souvent sur des troubles trophiques : œdème ou eczéma de stase, insuffisance veineuse ou artérielle.
Il est souvent secondaire à un intertrigo infectieux ou à une effraction cutanée.

 L'aspect est celui d'une grosse jambe rouge douloureuse, fébrile avec adénopathie inguinale.

 Traitement : 

Dans l'érysipèle non compliqué, la pénicilline G reste le traitement de référence (bon rapport coût / efficacité 16 millions en IV pendant 1O jours à 15 jours ou
la Bipénicilline : 2 millions par jour en IM dans les formes modérées), mais un traitement ambulatoire par antibiothérapie per os est également possible (amoxicilline, macrolide ou synergistine).

Compte tenu de la fréquence des cellulites dues à des germes autres que Streptococcus pyogenes, on conseille, au moindre doute, une antibiothérapie active contre Staphylococcus aureus (pénicilline M, aminosides, vancomycine) et éventuellement les germes anaérobies (métronidazole).

Chez le petit enfant, une antibiothérapie active contre Haemophilus influenzae est également recommandée (céphalosporine de 3ème  génération).

Traitement prophylactique : L'Extencilline (benzathine pénicilline) pendant 3 à 6 mois pour éviter les récidives. Traitement de la porte d'entrée.

 

Professeur Mohamed Denguezli

Faculté de médecine Ibn El Jazzar

Sousse - Tunisia


A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z

last update /mise à jour : 01/10/2006

L'utilisation de ces images dermatologiques nécessite l'autorisation préalable de l'auteur

The use of these dermatologic images requires the preliminary authorization of the author

 
   
     

 
Lettre E
 
Ecthyma gangreneux
Eczéma
Engelures
 

Epidermodysplasie verruciforme

 

Epidermolyse bulleuse congénitale

 

Érysipèle

  Érythème pigmenté fixe
  Érythème polymorphe
  Érythrodermies
  Erythrokératodermie progressive et symétrique
  Érythème annulaire centrifuge
 

Remarques et commentaires  Remarks and comments :
Dr MOHAMED DENGUEZLI 

Service de dermatologie CHU FARHAT HACHED SOUSSE TUNISIE